Kanouennoù eus Breizh moullet evit ar bobl
Dataeg follennoù distag
Distro d’an enklask

Oberour : Le Jeune (Alain)

Dave : A-00446
Anv : LE JEUNE
Anv bihan : Alain
Adstummoù an anv : Ar Yaouanc (Allan)

Roll ar c’hanaouennoù evit an oberour-mañ : (2 kan)

Notennig katalog Ollivier

Le Jeune (Alain) est le nom à l’état civil de celui qui, dans ses chansons, signe Allan ar Yaouanc. Mendiant aveugle, demeurant à Pen-ar-Quinquis, en Pleyber-Christ (Fin.). Dans le n° 148 il se dit « fermeur » d’eur marquis (le mis Barbier de Lescoët, au chau’ de Lesquiffiou) : ce mot « fermeur » est à traduire, je pense, par locataire.
A propos de ce n° 148, le préfet du Fin. écrit au Ministre à la date du 5 avril 1854: « Bien que cette œuvre n’ait en elle-mème rien de remarquable, elle est appelée à produire un excellent effet sur les populations rurales de mon Département. Je me suis empressé d’en autoriser l’impression et le colportage... Je viens de lui accorder une gratification qu’il a d’autant plus méritée qu’en composant ses vers il n’avait nullement l’intention de la provoquer ». Le 10 avril, le sous-préfet de Morlaix annonçait qu’il envoyait à Allain Le Jeune un mandat de dix francs « à cause de sa chanson à la louange de Napoléon ler ». — V. n°s 148 et 949 (surtout la note).
[Ollivier, La chanson populaire bretonne sur Feuilles Volantes, p. 313.]

Distro d’an enklask
Darempred Pajenn Facebook