Chansons bretonnes sur imprimés populaires
Base de données de feuilles volantes
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : C-01119
Titre breton (normalisé) : Ar plac’h yaouank kozh
Titre français (normalisé) : La vieille fille
Auteur (normalisé) : Pennarun (Hervé Nicolas)
Genre : En vers
Langue : Breton
Résumé :
Les gens malheureux aiment conter leurs peines. À vous de voir mes erreurs pour éviter d’en faire autant. Dans ma vie j’ai vu tant le mal que le bien. J’ai perdu ma mère à 4 ans. Mon père, un modèle, fit ce qu’il put mais un père ne remplace pas une mère. Envoyée au couvent des Ursulines de Landerneau, j’y appris tout sauf le nécessaire. J’en sortis comme d’une prison et prête à découvrir le monde. Revenue à la maison, mon père me laissait faire à ma volonté et j’allais aux foires, pardons, danses… les garçons ne me manquaient pas. De toutes sortes. [Description des arguments d’un soupirant]. Le pays ne manque pas de trompeurs ! Mais il y avait aussi des garçons gentils et délicats qui m’ont demandée à mon père. Mais je me trouvais bien maître de moi-même. Et peu à peu mes amis délaissèrent les rencontres pour se marier. Et je me mis à regretter ceux que j’avais refusés plus tôt. Ne venaient plus me demander que ceux qui s’intéressaient à mon argent.
Mon père décédé, je suis maintenant entre mon chien, mon chat et un foyer vide, jour et nuit seule bien que riche.

Thèmes : Le célibat, les vieux garçons, les vieilles filles

Détails du chant

Titre : Son ar plac’h yaouank koz
Auteur : Franseza ar Gerneusket
Structure : 45c 4v 13p

Éditions sur feuilles volantes



Retour à la recherche
Contact Page Facebook